Mercredi 21 juillet

Le quartier du château

Le château de Prague vu du Pont Charles

Nous voici dans le quartier du Château, le Hradcany, de l'autre côté de la Vltava. Le quartier comprend le château royal, trois églises, une cathédrale, la cathédrale Saint-Guy, un monastère et des jardins. Il se trouve sur une colline et voici la vue que l'on a d'en haut :

Le château, c'est l'emblème de Prague, où tous les rois tchèques, empereurs du Saint-Empire romain germanique et présidents de la république siègent ou ont siégé, donc nous rejoignons les milliers de touristes venus le visiter. Après avoir admiré les uniformes des gardes (redessinés par  Theodor  Pistek celui qui a créé les costumes d'Amadeus notamment),  nous choisissons de visiter la Cathédrale Saint-Guy.

Voir sur le sujet l'article suivant car ce changement de costume, pardon, d'uniforme fait polémique et c'est vrai que s'ils sont moins sinistres, ils font un peu costumes d'opérette : http://www.radio.cz/fr/article/84825

 

La Cathédrale Saint-Guy

La construction de cette Cathédrale gothique date du milieu du XIVe siècle, sa construction a duré près de 6 siècles !  la dernière pierre ayant été posée en 1929. Il abrite les joyaux de la couronne (dans un coffre à 7 serrures, chaque clé étant conservée par 7 gardiens différents) et la tombe du roi Wenceslas (Xe siècle).  Ces joyaux ont leur histoire et leurs légendes, ainsi il est dit que malheur arrivera à quiconque portera la couronne sans y être autorisé. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, Heydrich, le protecteur du Reich en Bohème a succombé en 1942 à un attentat de la résistance tchèque quelque temps après avoir osé poser sur sa tête la fameuse couronne. (voir l'article http://www.radio.cz/fr/article/103190.

En 1953, la cathédrale est confisquée par le régime communiste et n'est restituée à l'Eglise Catholique qu'en 2006.

Gargouilles

 

Gargouilles (bis) !

 L'intérieur est impressionnant, immense, 33m de hauteur. Il comporte des vitraux réalisés par divers artistes dont le célèbre Alfons MUCHA : ce vitrail (1931) raconte la légende de Cyrille-et-Méthode, apôtres des slaves.

Vitrail de Mucha, troisième chapelle à gauche

On remarque également la chapelle Saint-Venceslas qui contient le tombeau du saint ainsi que les joyaux de la couronne. Les murs sont richement décorés, il n'y a pas un seul espace laissé vide : peintures,  dorures, pierres  semi-précieuses... Elle date de 1366.

Chapelle Saint-Venceslas

 

Enfin, on ne peut rater le tombeau de Saint-Jean-Népomucène. La description qu'en fait Le Guide du Routard Prague 2009 est drôle et assez juste : "Véritable pièce montée dégoulinante d'argent, sommet du baroque prétentieux, comble du délire, soutenu par des angelots repus et satisfaits. Rappelons que le nom du saint est lié à une légende qui fait de lui un pauvre martyr. Au-dessus, encore un baldaquin tenu par des anges, eux-mêmes accrochés aux piliers de la cathédrale (preuve qu'ils ne savent pas vraiment voler)."

Tombeau de Saint-Jean-Népomucène

 

 La statue de Jean Népomucène est celle qui attire le plus de monde sur le Pont Charles (il parait que toucher les plaques de bronze à ses pieds porte bonheur). Selon la légende,  ce prêtre, confesseur de la reine sous Wenceslas IV, fut torturé et jeté dans la Vltava depuis le pont parce qu'il avait refusé de révéler au roi les secrets de la confession de sa femme Les mauvaises langues disent que l' Église Catholique cherchait un martyr du nom de Jean pour contrecarrer l'influence d'un autre Jean à l'époque, le réformateur Protestant Jan HUS...

Statue de Jean Népomucène sur le Pont Charles (source Wikipedia)

   

 

Dans l'enceinte du château, on trouve également la Basilique Saint-George avec sa façade baroque. Nous ne l'avons pas visitée, ni le Palais Royal, ni la Ruelle d'or... Ce sera pour une prochaine fois !

La Basilique Saint-George

Nous avons préféré redescendre et nous perdre dans les ruelles romantiques autour du Château et nous nous sommes dirigés vers l'église Notre-Dame de Lorette.

En descendant du Château

 

Rue Novy svet (Nouveau Monde)

 

 

 

Notre-dame de Lorette

Cet aspect plus bucolique de la ville, loin de la foule et des marchands de souvenirs, nous a beaucoup plu. Cela ressemblait un peu à l'Italie avec le soleil et la lumière qu'il faisait naître sur les petites maisons colorées, le calme des vieilles ruelles pavées étroites et tortueuses. Mais alors pourquoi venir en ville puisque à chaque fois que nous visitons une capitale, nous ne sommes jamais plus heureux que lorsque nous découvrons ces passages verts, silencieux et plus secrets ? !... En fait nous aimons nous perdre dans les villes, les monument en eux-mêmes ne nous intéressent pas vraiment si ce n'est pour l'histoire qu'ils racontent de la ville et de ses habitants. Nous ne sommes pas assez savants en peinture et architecture pour les apprécier vraiment, même si leur beauté peut nous charmer, bien sûr ! Mais personnellement j'apprécie d'autant plus un lieu qu'il me fait rêver, et quand il est envahi de monde, j'ai du mal à me laisser imprégner par sa beauté. Je suis snob, en fait !!

Retour à l'accueil