Quand je vivais à Nantes, j’aimais traîner dans le vieux quartier du Bouffay. A l’époque, il y avait encore des halles en fer forgé du XIXème siècle qui avaient été repeintes en bleu tendre à l’occasion du tournage d’Une Chambre en ville de Jacques DEMY en 1982. Le quartier médiéval du Bouffay, est une « commune libre » qui possède sa propre mairie et sa vigne – un peu tristounette en ce début d’août ! Elle a été (re)créée en 1974 sur le modèle de la commune libre de Montmartre et sa devise est « Humour, Bonté, Gaieté ». Il existe même un journal du Bouffay. A vrai dire c’est plutôt folklorique, disons que ce n’est pas une véritable subdivision administrative du département. C’est une association loi 1901 dont le but est de préserver le patrimoine architectural et culturel du quartier. Il en existe une centaine de la sorte en France, dont évidemment la Commune de Montmartre, créée en 1921, ou la République des Canuts à Lyon. Il y en a une autre aussi à Nantes : la commune libre de Saint Joseph de Porterie.

Comme à Venise il faut marcher le nez en l’air. Ainsi on découvre dans une niche votive un petit personnage malicieux quand on s’attendrait à y trouver une statue de vierge ou de saint !

P1000600

Et partout au dessus des rues ces fanions fantaisistes qui sont sensés être une représentation graphique décalée des visions que les habitants de Nantes interrogés par Quentin FAUCOMPRE et Olivier TEXIER ont de leur ville.

 

P1000601

 

Aujourd’hui, sur la place, il n’y a plus de halles (elles ont été démontées, on parle de les installer sur l’Île de Nantes) et les terrasses des cafés ont colonisé l’espace laissé libre. Au milieu, tourné vers le fleuve, se trouve un pan de façade fixé en haut d’une échelle immense et reproduisant l’architecture des maisons de la place, avec des fenêtres, des balcons, un bout de toit, quelques meubles sauvés du déménagement sur le monte-charge. Cela s’intitule « Monte-meubles, l’ultime déménagement » (Leandro ERLICH, plasticien Argentin). L’artiste l’a installé de nuit, surprenant les habitants au matin.

P1000606

 

Nantes se voit bouleversée par de nombreux chantiers de construction et de reconstruction. Mais ce quartier, un des plus anciens, mémoire de la ville, va être sauvegardé. C’est comme si un morceau des immeubles de la place s’était détaché et observait par ses fenêtres l’avenir de la ville.

 

Retour à l'accueil