Jean-Claude AMEISEN, médecin et chercheur en biologie, est également un conteur qui anime depuis plusieurs années une émission sur France Inter intitulée « Sur les épaules de Darwin » (https://www.franceinter.fr/emissions/sur-les-epaules-de-darwin ). Il débute souvent par cette phrase « se tenir sur les épaules des géants et voir plus loin, voir dans l’invisible, à travers l’espace et à travers le temps », ce qui résume bien l’idée de l’émission qui mêle sciences, littérature, philosophie et poésie pour nous faire découvrir de sa voix chaude, pleine d’humanité, notre monde dans toute sa complexité et sa beauté. Il me fait vraiment voyager et  réconcilie enfin chez moi mon côté rationnel, ce besoin de comprendre les choses et mon côté rêveur, émotif. La première fois que je l’ai entendu, en 2010 ou 2012 je ne sais plus,  il parlait de la neige et cette chronique s’en inspire largement.

Johannes KEPLER était un astronome et mathématicien du XVIIème siècle célèbre parce qu’il croyait dans les thèses de Copernic sur l’héliocentrisme et notamment pour avoir étudié les relations mathématiques qui régissent les mouvements des planètes sur leur orbite (Lois de Kepler) dont s’est inspiré plus tard Newton  pour élaborer sa théorie sur la gravitation universelle.  Il a également émis l’idée dans Harmonis Mundi que l’univers était régi par des lois harmoniques et il donne alors à chaque planète un thème musical. Les variations de leur vitesse de mouvement et des espaces entre elles forment alors une musique céleste! Mais il a aussi été intrigué par la forme géométrique parfaite des flocons de neige qui lui révèle la structure de l’univers, une figure « cosmopoétique ». Cette réflexion a donné naissance à un ouvrage intitulé Strena seu de nive sexangula (Etrennes ou la neige hexagonale) dont voici quelques extraits. Même s’il s’agit d’un écrit d’un scientifique, on touche aussi à la poésie de ce qu’est un flocon de neige, à la fois parfait et éphémère, un cadeau précieux comme une étoile tombée du ciel :

Polygone régulier dans la nature Polygone régulier dans la nature

Polygone régulier dans la nature

« A l’honorable Conseiller à la cour de sa majesté impériale, le seigneur Matthäus Wacker von Wackenfels, chevalier et patron des écrivains et philosophes, mon maître et mécène,De la part de son ami Johannes Kepler, mathématicien impérial de la cour, à Prague, auprès de Rudolf II, empereur du Saint Empire Romain, roi de Bohème et de Hongrie. […]Je sais à quel point vous appréciez le Rien. Et donc je peux facilement dire qu’un cadeau vous fera d’autant plus plaisir qu’il se rapprochera de Rien. Le cadeau qui vous fera plaisir devra donc être à la fois petit et insignifiant, peu couteux et éphémère, c’est-à-dire presque Rien. Et comme il y a de nombreuses choses qui partagent cette caractéristique dans le royaume de la nature, il me faut faire un choix parmi elles. […] Alors que je considérais avec anxiété ces sujets, je traversais un pont – mortifié par mon impolitesse d’apparaître devant vous sans cadeau de Nouvel An – sauf peut-être (pour continuer sur le même ton) celui que je veux toujours vous apporter, c’est-à-dire Rien. Et je ne parvenais pas à penser à quelque chose qui, tout en étant proche de Rien, pourrait pourtant être aussi l’occasion d’une réflexion subtile. A ce moment précis, par un fait heureux, une partie de la vapeur dans l’air a été assemblée en neige par la force de ce froid, et quelques flocons épars sont tombés sur mon manteau, tous hexagonaux, avec des branches duveteuses. Par Hercule ! Ici, il y avait quelque chose de plus petit qu’une goutte, et qui pourtant avait une forme. Ici, en effet, il y avait un cadeau de Nouvel An des plus désirables pour l’amoureux du Rien – un cadeau digne d’un mathématicien, puisqu’il descend du ciel et ressemble à une étoile. […]Notre question est : pourquoi les flocons de neige, quand ils tombent – avant de se mêler aux autres et de former de grands tas – pourquoi les flocons de neige tombent-ils toujours sous une forme qui a six angles et six branches, duveteuses comme des plumes ? Il doit y avoir une cause pour laquelle la neige a cette forme de petite étoile à six branches. Cela ne peut pas être dû au hasard. Pourquoi toujours six ? »

La danse enneigée des grues du Japon à Hokkaido (source : https://dozodomo.com/bento/2016/02/18/grues-hokkaido-neige-danse/ )

La danse enneigée des grues du Japon à Hokkaido (source : https://dozodomo.com/bento/2016/02/18/grues-hokkaido-neige-danse/ )

Retour à l'accueil