Disparition

Quand les jours qui s’enfuient

Nous laissent à chaque fois

Un peu plus démunis

Et personne avec soi

 

Quand les matins de soie

Succèdent à d’autres matins

Et quand l’ami s’en va

Il ne nous reste plus rien

 

Quand la nuit étoilée

Meurt et puis ressuscite

Alors vient nous hanter

Ce vieux désir de fuite

 

Quand dans mes mains je vois

Des gouttes d’eau couler

Je pleure car je crois

Voir la vie s’en aller

 

Ces  minuscules ruisseaux

Qui fuient entre mes doigts

Transportent tous les mots

Que le ciel gris m’envoie

Retour à l'accueil