Je m’enfouis, m’enfuis dans mon rêve. Je rêve trop, je suis comme un cerf-volant et je voudrais dire aux autres « si tu vois que je monte trop haut, sois gentil, tire sur la ficelle ». Mais parfois, trop souvent, je leur dirais : « Chut ! Surtout ne me réveille pas… »

Tout a l’air si fragile. J’ai l’impression qu’on marche sur un fil et que suivant le vent on est poussé d’un côté ou de l’autre. Il ne faudrait pas que le fil se casse…

La recherche de l’impossible lieu de l’impossible désir

Ma vie je la regarde comme celle d’un autre

Peinture from http://victoriapicinipeintre.blogspot.fr/

Peinture from http://victoriapicinipeintre.blogspot.fr/

Retour à l'accueil