Ils errent dans la nuit

Serrant sous leur habit

Un reste de chaleur

La flamme de leur cœur

 

Visages de clowns blancs

Maquillés par la lune

Que le pinceau du vent

Pare de mèches brunes

 

Etoiles de papier

Leurs yeux désespérés

Où tremble un soleil noir

Reflètent les trottoirs

 

Ils sont les voyageurs

Qui s’en vont rechercher

Un éternel ailleurs

Dans des liqueurs dorées

 

Ils saisissent leurs verres

De leurs longs doigts bleutés

Et y noient leur misère

Leurs rêves piétinés

(Peinture Tanguy Kan)

(Peinture Tanguy Kan)

Retour à l'accueil