Source image babelio.com

Source image babelio.com

Ce roman policier du suédois Mankell nous fait voyager et réfléchir... A la suite d’une découverte macabre dans un village suédois, nous sommes transportés dans l’Amérique de la fin du XIXème siècle, au moment de la construction du chemin de fer transcontinental, où l’on apprend le rôle qu’y ont joué les Chinois, mais aussi les immigrants Suédois. Puis l’auteur nous emmène en Chine, de 1863 quand la misère qui régnait chez les paysans les poussait à émigrer, jusqu’à aujourd’hui, en passant par la Chine de Mao. Le lien entre ces trois pays, ces trois histoires, est un peu ténu, artificiel et peu crédible : il s’agit d’une juge suédoise d’une soixantaine d’années (jeune militante idéaliste à l’époque de la révolution culturelle)qui s’est découvert un lien (lointain) avec un des cadavres découverts et qui suit sa propre enquête à partir de carnets retrouvés sur les lieux du crime. Malgré cela, nous suivons avec intérêt le récit qui est plus historique et politique que policier. Car si l’enquête est un peu tirée par les cheveux, l’exposé critique sur la Chine expansionniste d’aujourd’hui est passionnant et le livre se lit d’une traite.

Retour à l'accueil