Passagère du silence de Fabienne Verdier en poche : c'est une peintre calligraphe qui a passé 10 ans en Chine dans la province du Sichuan dans les années 80 pour apprendre l'art de calligraphie avec un maître, un vieil homme qui n'avait plus le droit d'exercer dans la Chine communiste de l'époque. (Elle le choisit, et il faut des mois de patience avant qu'il l'accepte comme digne d'être son élève/disciple). Elle raconte ce long cheminement et les difficultés de la vie dans les campagnes chinoises, elle est la seule française à être allée dans certains endroits. C'est quelqu'un de passionné, de fort, de volontaire. Elle a un regard précis, et on apprend beaucoup sur la Chine, la vie quotidienne dure, misérable, régie par le Parti, sur la calligraphie et l'art en général. C'est passionnant, cela se lit comme un récit d'aventures.

Retour à l'accueil